top of page
  • Photo du rédacteurAdrian Strong

La Vibe Végétarienne de Kate


Au cours des dix dernières années, depuis que je fais la restauration au MSJ, de nombreuses personnes m'ont interrogé sur ma formation de cheffe végétarienne. Ce blog est une petite explication de comment je suis tombée dans une carrière que je n'avais jamais envisagée mais que j'ai énormément appréciée.


Je suis végétarienne depuis le début de ma vingtaine. Ma décision initiale était basée sur mon amour des animaux et de fortes appréhensions quant à la morale du meurtre d'autres créatures sensibles pour me nourrir. Au fil du temps, de plus en plus de choses ont été révélées sur les conditions épouvantables auxquelles sont soumis le plupart de ces animaux, l'utilisation systématique d'antibiotiques et de stéroïdes, ainsi que l'impact environnemental et sanitaire que la consommation de viande a eu sur la population mondiale, je me suis senti très justifié dans mon choix de régime alimentaire. Au fil des ans, il est devenu moins compliqué d'être végétarien et maintenant qu'une proportion importante de personnes réduisent leur consommation de viande, il est facile de trouver des substituts de bonne qualité. Même ici, en Europe du Sud, il n'est pas difficile de trouver un repas végétarien (ou même végétalien) dans la plupart des restaurants.


Après un parcours professionnel très varié, notamment en tant qu'assistant de production pour une société de vidéoclips, agent de voyage, libraire et antiquaire, on m'a proposé un emploi au West Dean College of Arts, de renommée mondiale, près de Chichester au sud d’Angleterre. Le travail, bien qu'un simple poste d'assistant de cuisine et de salle à manger, me donnerait la flexibilité de prendre soin de ma mère qui était âgée et malade. J'ai été attiré par ce poste vacant particulier car le collège est situé dans la belle campagne vallonnée des South Downs et est logé dans une magnifique demeure seigneuriale avec de magnifiques jardins. Le collège offre des cours menant à un diplôme dans des matières telles que la restauration de meubles et de céramiques ainsi que des cours de courte durée dans toutes les matières artistiques. Un autre grand avantage de travailler là-bas était qu'à l'occasion où un cours de courte durée n'était pas entièrement inscrit, les employés du collège pouvaient prendre une place gratuite sur ce cours. Cela a été un énorme avantage pour moi car j'ai toujours été très impliqué dans les arts et désireux d'apprendre de nouvelles techniques.


Avant très longtemps, il est devenu évident pour tous mes collègues que j'étais beaucoup plus heureux de travailler dans la cuisine que dans la salle à manger et que j'aimais faire partie de l'équipe qui a créé les repas de très haute qualité que les étudiants ont appréciés dans le cadre de l'expérience de leur séjour. Je ne m'étais jusque-là pas particulièrement intéressée à la cuisine, ne la voyant que dans les fonctions d'une mère et de l'épouse d'un marchand d'art très occupé, mon ex-mari. En fait, préparer les dîners obligatoires que son travail impliquait me faisait paniquer ! Cependant, cuisiner au collège m'a offert du réconfort et je pouvais me perdre dans la tâche à accomplir et ressentir une grande satisfaction lorsque le plat terminé était servi et apprécié. Il y avait deux chefs de service à tout moment - le chef cuisinier et le chef végétarien. Lorsque ce dernier des deux a décidé de passer à autre chose, il m'a semblé naturel de postuler à son poste. Les horaires étaient encore suffisamment flexibles pour que je puisse aider ma mère, mais le salaire était meilleur et on m'a également proposé une formation en alternance. J'ai beaucoup aimé apprendre toutes les techniques de cuisine classiques et les mettre à profit dans mon travail. Après un an de travail à West Dean, un ami chef m'a recruté pour travailler pour lui dans son entreprise de traiteur, ce que j'ai trouvé très excitant et j'ai apprécié la variation du travail. Nous avons organisé de nombreux grands événements prestigieux ainsi que des repas somptueux dans sa salle à manger privée. C'était un personnage très coloré, un peu comme Keith Floyd dans son approche de la vie (et de ses habitudes de consummation de vin !) Je me souviens d'une fois où nous servions de la crème brûlée à une fête dans sa salle à manger. Il essayait plutôt flamboyant de bruler le dessert à table mais le chalumeau ne s'allumait pas. Alors qu'il le tenait pour l'inspecter, il a soudainement pris vie et a mis le feu à sa moustache de guidon ! Avec son aplomb habituel, il a réussi à terminer le service, mais avec seulement la moitié de sa moustache ! Une autre fois, nous transportions une énorme cuve de soupe aux champignons à un événement dans le coffre de sa berline. En chemin, j'ai soudain pris conscience que l'odeur de la soupe était devenue beaucoup plus forte et lui ai conseillé de s'arrêter pour jeter un coup d'œil. Il ouvrit le coffre et une cascade de soupe aux champignons se déversa sur sa tête. Il a dû se transférer sur la porte car il a pris des dos d'âne un peu trop rapidement. Mon rire n'était pas apprécié mais il était impossible de garder un visage impassible car la soupe dégoulinait de son menton ! J'ai continué à travailler pour lui pendant plusieurs années très divertissantes jusqu'à ce que nous nous installions en France et que nous fondions la Maison d’Hôtes.


Une fois que nous avons terminé toutes les rénovations de la maison et que nous fonctionnions pleinement toute l'année, j'ai commencé à fournir un service de table d'hôtes. J'ai vraiment apprécié cela car j'ai eu la liberté de créer des plats à ma manière et de répondre à un maximum de 8 personnes est tellement plus intime et j'aime être en mesure de donner à nos invités une expérience mémorable.



Au départ, je proposais des plats de viande à nos invités mais comme je n'étais pas très à l'aise pour cuisiner de la viande, j'ai pris la décision de ne servire que les plats végétariens il y a deux ans et cela a été un grand succès. J'ai souvent rencontré une situation où un couple a demandé un repas sans se rendre compte que ce serait sans viande. Quand j’ai mentionné cela, ils ont eu l'air un peu surpris (généralement les hommes !) mais lorsqu'ils sont persuadés d'essayer, ils sont toujours agréablement surpris. En fait, plusieurs personnes m'ont demandé mes recettes et m'ont dit qu'elles réduiraient leur consommation de viande compte tenu du fait qu'elles avaient trouvé le repas tout aussi satisfaisant et copieux. Adrian est également un très bon cuisinier, s'appuyant sur son héritage japonais pour créer de beaux plats orientaux et il est également très doué pour préparer de délicieux currys. Nous aimons cuisiner des repas ensemble et parfois préparer un festin pour un événement spécial.


Après avoir dit mon article sur mon point de vue sur la consommation de viande, nous ne souhaitons pas convertir les gens ou donner l'impression d'être pharisaïques. On prend tout simplement du plaisir à faire vivre aux gens quelque chose qu'ils n'auraient pas forcément choisi s'il y avait eu une autre option, et ça peut être une révélation !


Alors, jetez un œil à notre menu et voyez si nous pouvons vous donner envie de goûter quelque chose d'un peu différent !


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page